Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran

Auteur : Eric-Emmanuel SCHMITT
Mise en Scène : Anne BOURGEOIS
Musiques : Jacques CASSARD
Décor : Nicolas SIRE
Intreprétation : Eric-Emmanuel SCHMITT

 

www.eric-emmanuel–schmitt.com
© Antigone. Tous droits réservés

En tournée
Saisons  2016/2017 et 2017/2018

Résumé

Paris, les années 60. Momo, un garçon juif de douze ans, devient l’ami du vieil épicier arabe de la rue Bleue pour échapper à une famille sans amour. Mais les apparences sont trompeuses : Monsieur Ibrahim n’est pas arabe, la rue Bleue n’est pas bleue et la vie ordinaire peut-être pas si ordinaire...
L’histoire tendre et drôle d’un gamin au franc parler et de l’épicier arabe de sa rue. Comment échapper à la solitude, à la malédiction du malheur ? Comment apprendre à sourire ?
Un texte qui a fait le tour du monde, publié dans 50 pays, joué maintes fois dans toutes ces langues, étudié dans les collèges et lycées. Il a offert au grand Omar Sharif un César en France, et un Lion d’Or à Venise, une nomination au Golden Globe américain pour le film réalisé par François Dupeyron.
L’histoire revit ici, exceptionnellement interprétée par son auteur.

NOTE DU METTEUR EN SCÈNE

[extrait]

C’est un texte qui ne peut être porté que dans la délicatesse, l’humilité et la jubilation du jeu. L’acteur s’éprouve à la fois lui-même, mais il éprouve également le jeune Momo, le Momo d’aujourd’hui, Monsieur Ibrahim, Brigitte Bardot, des prostituées, des paysages, des parfums, des danses…
Dans le spectacle de cette existence réconciliée avec elle-même, il y a de l’innocence, de l’humour et beaucoup de ludisme ; le voyage est concret mais le spirituel est partout.

Anne Bourgeois
Metteur en scène

NOTE DE L'AUTEUR

À Tel-Aviv, il y a quelques années, les partisans de la paix de deux côtés s’emparèrent de Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran : le théâtre national d’Israël présenta longtemps cette pièce un soir en arabe, un soir en hébreu. Or nous entrons dans une zone de turbulences encore plus fortes que lorsque ce texte fut créé en 1999 : l’islamophobie s’est développée sans complexe, l’antisémitisme a repris du poil de la bête, l’ignorance de l’autre n’apparaît plus comme un défaut. Aujourd’hui, on se replie sur son identité comme on se cache dans une armure. Beaucoup ont alors pensé que Monsieur Ibrahim nous manquait, avec sa sagesse souriante inspirée du soufisme, ainsi que Momo, ce garçon solitaire en quête d’amour. Ces deux-là voient d’abord un être humain en l’autre, pas seulement un juif, un arabe, un musulman, un Français, un étranger. Ils nous racontent un univers coloré de tendresse et de respect, nourri par la première forme de la tolérance: la curiosité.

Eric-Emmanuel Schmitt
20 juin 2016

Photos

Vidéo

Téléchargement

Les téléchargements de nos documents (Dossiers de presse, photos, Fiches techniques, vidéos...) en haute définition sont uniquement accessibles à nos clients et aux médias.


Demande d'inscription
Attention : certains documents sont soumis à restrictions.

Revue de presse

LOGO_FIGARO_MAGAZINE
Voilà bien un spectacle consensuel, œcuménique même, inondé de bons sentiments comme sait faire Éric-Emmanuel Schmitt.
LOGO_DIRECT_MATIN2012
Entre rire et subtilité, cette partition offre sur scène une leçon de vie et de tolérance.
LOGO_TELERAMA2015JPG
Une dizaine d'années après la belle interprétation donnée par Bruno Abraham-Kremer du texte d'Éric-Emmanuel Schmitt, on redécouvre l'histoire de Momo, l'enfant juif devenu l'ami de l'épicier arabe de la rue bleue. Dans le contexte actuel, le message fraternel du texte se révèle encore plus pressant. Il vise juste, avec tendresse et générosité.
LOGO_PARISCOPE
Ce récit initiatique d’Eric-Emmanuel Schmitt est un hymne à la vie rempli d’humour et de tendresse.(...)La direction d’acteur tout comme la mise en scène d’Anne Bourgeois ont porté leurs fruits. Le décor de Nicolas Sire, les lumières de Laurent Béal, le costume de Pascale Bordet, et la création musicale de Jacques Cassard contribuent à donner cette touche pleine de tendresse et de nostalgie.
LOGO_LE_FIGARO_BLEU
D'abord, et on l'entend, l'écriture est d'une grande tenue. Il y a là du style, une encre. Il y a là une manière de raconter tout à fait original. Le récit fait la part belle aux sourires, aux rires. Monsieur Ibrahim et Momo sont des êtres rares et plein d'esprit. Ils sont drôles. Ils affrontent la gravité des événements, la cruauté du monde, avec noblesse. Ils sont dignes, irrésistibles, bouleversants. C'est très drôle et très déchirant. Du grand théâtre.
Revenir à la sélection

Actualités

Nous trouver

3 et 7 quai de l'Oise
75019 Paris - France
Tél. : 01 400 55 400
Contactez Lande Martinez Production

Click to open larger map