24h de la vie d’une femme

Une femme rangée traîne son ennui dans les casinos. A Monaco, elle rencontre un jeune homme qu’elle décide de sauver du jeu. Du moins le croit-elle… Vertige et confusion des sentiments… Jusqu’où la passion nous conduit-elle ? Chacun se reconnaîtra dans ce chef-d’œuvre.
Jamais Zweig n’a montré, avec autant d’intensité, la personne inconnue qui se tapit au fond de nous, et qui attend son heure… Un voyage fascinant dans la compléxité humaine.

Auteur : Stefan ZWEIG
Adaptation : Eric-Emmanuel SCHMITT
Mise en Scène : Steve SUISSA
Assistant Mise en Scène : Stéphanie FROELIGER
Décor : Stéfanie JARRE
Costumes : Pascale BORDET
Lumières : Jacques ROUVEYROLLIS
Son : Maxime RICHELME
Avec : Clémentine CELARIÉ, Loris FREEMAN, Samuel NIBAUDEAU

En tournée
A partir du 01/09/2016
Jusqu’au 31/12/2016

A l'affiche du Théâtre Rive Gauche
Du 10 avril 2015 au 3 janvier 2016

Résumé

Une femme rangée traîne son ennui dans les casinos. A Monaco, elle rencontre un jeune homme qu‘elle décide de sauver du jeu. Du moins le croit-elle...Vertige et confusion des sentiments... Jusqu‘où la passion nous conduit-elle? Chacun se reconnaîtra dans ce chef-d'œuvre.

Jamais Zweig n’a montré, avec autant d’intensité, la personne inconnue qui se tapit au fond de nous, et qui attend son heure… Un voyage fascinant dans la complexité humaine.

Note d'intention du metteur en scène

Comprendre. Comprendre sans juger. Telle fut l’obsession de Stefan Zweig. Et telle fut sa réussite, puisque, un siècle plus tard, on le lit davantage qu’en son temps.
L’histoire de 24 heures de la vie d’une femme aurait, chez un autre écrivain, offert l’occasion d’une leçon édifiante sur les méfaits de la passion. Rien de tel ici. Comme un chien renifleur, la truffe au sol, Zweig piste la naissance du désir, le chemin du sentiment, ses pièges, ses fausses pistes, ses leurres, sans relever la tête pour aboyer, critiquer ou condamner. Il explore la complexité de nos âmes en y adhérant, jamais guetté par le souci suspect de nous simplifier.L’héroïne, belle, veuve et déprimée, traîne son ennui de palace en casino, recherchant l’excitation des autres pour ne pas avoir l’impression d’être morte. Soudain, à Monaco, elle tombe amoureuse de deux mains, deux mains fines, puissantes, expressives, tendues, nerveuses, celles d’un jeune homme qui perd à la roulette. S’ensuit une incroyable odyssée : en vingt-quatre heures, elle devient une autre femme que celle qu’elle fut pendant quarante ans. Elle se surprend, et nous surprend, à chaque seconde…Chez Zweig, ami de Freud, il n’y a pas que la volonté de comprendre, il y a aussi celle de guérir. Seulement guérir de quoi… Guérir de la passion ? Non, guérir de l’idée sinistre qu’on pourrait vivre sans passion. Il amène l’humain à accepter ses labyrinthes plutôt qu’à les fuir.Pour adapter cette nouvelle à la scène, j’ai gardé l’idée de la confession provoquant un choc brusque : simplement, le public remplace le narrateur. J’ai aussi conservé l’idée d’un récit entièrement subjectif : la femme fait parler l’homme qu’elle aime, l’investit de ses fantasmes ; ainsi la comédienne aura-t-elle devant elle un corps expressif et silencieux, le corps d’un danseur, dont elle jouera les répliques supposées jusqu’au moment fatal où l’on entendra sa vraie voix, la voix de la réalité contre celle du rêve…Et j’ai surtout tenté de montrer la modernité salvatrice de Zweig, sa lutte contre toute pensée étriquée, sa force solaire, son audace, que lui-même cache parfois sous la voilette passéiste de la nostalgie heureuse.Éric-Emmanuel Schmitt

Téléchargement

Les téléchargements de nos documents (Dossiers de presse, photos, Fiches techniques, vidéos...) en haute définition sont uniquement accessibles à nos clients et aux médias.


Demande d'inscription
Attention : certains documents sont soumis à restrictions.

Revue de presse

PARISCOPE : Clémentine Célarié nous offre ici une nouvelle facette de son talent à applaudir.(...) Sans renier la générosité qu’on lui connaît, Clémentine Célarié détaille avec une infinie pudeur et une extrême délicatesse la mince frontière existant entre raison et déraison, folie et amour. Steve Suissa lui a réservé le plus joli des écrins avec cet élégant décor féminin...

LE PARISIEN : Clémentine Célarié incarne, avec justesse et dignité, une veuve riche et désoeuvrée qui s’éprend d’un homme plus jeune qu’elle. Très jolie performance.

FRANCE 2 Elise LUCET : C’est une pièce mythique dans laquelle Clémentine Célarié joue actuellement. Un monologue plein d’émotion où elle est sur le fil, un magnifique rôle de femme et une performance d’actrice. Elle rêvait de l’incarner, elle le fait : c’est bluffant, c’est époustouflant !

TÉLÉMATIN : Clémentine Célarié, craquante, troublante et émouvante... « 24H DE LA VIE D’UNE FEMME » au théâtre Rive Gauche est une intelligente escapade théâtrale au coeur de la nature humaine.

TF1 : Des sentiments universels, un théâtre subjectif et sincère.

Revenir à la sélection

Actualités

Nous trouver

3 et 7 quai de l'Oise
75019 Paris - France
Tél. : 01 400 55 400
Contactez Lande Martinez Production

Click to open larger map